Angèle Botbol
Thérapeute Psycho-corporelle Paris 10
et Développement personnel

Mes articles

Il est important de distinguer nos actes et sentiments de bienveillance envers nos proches et notre entourage, les élans naturels du cœur, la gentillesse, l’entraide qui relèvent intrinsèquement de la qualité humaine et le mécanisme du sauveur.

Le sauveur, lui est toujours disponible pour les autres, pour les aider, les conseiller. Il prend sur ses épaules, le besoin de rétablir et de maintenir l’harmonie dans sa famille et dans un groupe.

Il se positionne au-dessus de la mêlée et ne supporte pas l’impuissance, il vit avec le besoin de contrôler sa vie et celle des autres.

C’est une forme de justicier qui se donne le rôle d’arrêter la souffrance d’autrui.

Derrière le super-protecteur maternant, se cache un besoin pathologique de stopper sa propre souffrance. C’est son besoin d’importance et de reconnaissance qui se joue derrière tous ces actes.

maratea-1779301__340

Le sauveur a du mal à reconnaître et s’accorder de la valeur autrement qu’en s’occupant des autres.

Il manque de discernement dans son comportement, il entreprend de sauver l’autre, alors que c’est lui qui a besoin d’arrêter de souffrir !

Il se sent et se rend indispensable, de ce fait, il ne laisse pas l’autre s’autonomiser et trouver ses ressources internes pour solutionner sa problématique. Il occupe une place de pouvoir et de domination subtile dont il n’est souvent pas conscient.

Il tisse une trame de dépendance collatérale, mais c’est avant tout lui qui est dans le besoin d’exister, d’avoir une place, d’être vu, reconnu.

Pour sortir de son rôle de sauveur, il devra prendre conscience de la racine de sa souffrance et devenir sa propre mère et son propre père, et c’est ce dont il a manqué durant son enfance qu’il doit se donner à lui-même !

15178188_1218636514848925_2710887820755611738_n

Il devra laisser aux autres le pouvoir de leur vie et reprendre le pouvoir sur sa propre vie !

Il sera nécessaire qu’il soit plus à l’écoute de ses propres besoins et de ses limites aussi.

C’est un véritable travail sur soi qui s’impose pour se reconnecter à sa valeur, une autre manière d’envisager et de vivre la relation aux autres, en développant l’écoute, une juste distance et le respect du cheminement de l’autre.

Le sauveur n’aura plus alors à sortir de lui-même pour exister, ni à vivre par procuration, mais plutôt se tourner vers lui-même pour trouver ses propres ressources et ne plus être dans la dépendance affective.

Article publié par Angèle Botbol

(Si vous souhaitez partager cet article, merci infiniment d’en garder son intégralité et de mentionner le nom de l’auteur).


Articles similaires